Portraits d’anciens

Thierry Masse ( FA01 ) est le nouveau directeur général du site Stelia Aérospace de Méaulte, il nous explique ses projets et son idée de l’usine du futur.

En route vers l’industrie du futur : une usine moderne, des lignes cadencées, une première dans l’aéronautique !

Diplômé ingénieur en maintenance de l’Itii Picardie en 1994, Thierry MASSE est depuis trois mois, à la tête du site Stelia Aerospace de Méaulte.
Intégré dans l’entreprise en janvier dernier sous une fonction industrielle transverse, il se penche sur les chiffres et sur le futur. Il a su mettre en avant l’avantage de son site. Construit en 1924, le site se compose de 115 000 m² de bâtiments sur 50 hectares. Méaulte est le plus conséquent des sites de Stelia et est également le seul site à fabriquer des pointes avant pour l’ensemble des Airbus.
Il est nécessaire de préciser que Stelia Aérospace est une filiale d’Airbus et travaille par ailleurs avec ATR, Bombardier et Boeing.

Thierry MASSE présente son entreprise comme usine du futur. Son pari est d’organiser une nouvelle façon de travailler : des bâtiments dédiés à chaque avion ; Ne plus diviser par zones en fonction des pièces produites mais en fonction des avions.
Le résultat de ce projet innovant : 15% de gain en productivité !

M. MASSE se concentre sur son carnet de commande et possède une visibilité sur plusieurs années : chose rare dans l’industrie de nos jours. Son objectif est d’acquérir d’autres marchés et d’autres clients.

Il termine son interview en rappelant qu’il est à la recherche de 50 personnes pour des postes liés à l’ingénierie ainsi qu’à l’encadrement.

Retrouvez l’interview de Thierry MASSE dans le Courrier Picard.

L’interview du Courrier Picard :

 

Olivier Remoissonnet (directeur général de La Brosserie Française) nous explique son parcours, son entreprise et porte un message aux étudiants de l’Itii Picardie.

Fondée en 1845 et située à Beauvais, La Brosserie Française est l’unique usine de brosses à dents en France. En 2012, Olivier Remoissonnet en a repris la direction et c’est ici qu’est né le nom : « La Brosserie Française ». La difficulté principale rencontrée fut de redonner un aspect attractif à un objet du quotidien que l’on a oublié.

Un des paris fou, fut de conserver cette fabrication en France et 100 % écoresponsable. Les brosses à dents sont produites à partir de plastique recyclé, de filaments végétaux et emballées dans un packaging en carton recyclé. Cette philosophie est aussi appliquée dans la fabrication. L’usine est alimentée en énergie verte (électricité éolienne) et possède un éclairage LED ainsi qu’un chauffage fourni par le process industriel. La Brosserie Française commercialise ses produits dans des réseaux de distribution classiques ainsi que sur internet et compte près de 40 000 clients.

La promesse de différenciation de la marque réside dans la possibilité de s’abonner afin de recevoir chez soi sa brosse à dents et de renvoyer celles usagées.

Diplômé de l’Itii Picardie en 1995, en Production, Olivier a travaillé pendant 7 ans dans l’industrie automobile avant d’intégrer l’industrie de la brosserie. Il a opéré en tant que directeur logistique puis directeur industriel du site de fabrication.

Il revendique l’Itii comme une école d’ingénieur de terrain. Il souhaite que les anciens élèves continuent de faire rayonner ses vraies valeurs et démontrent que l’industrie a du sens et de l’avenir.

Une multitude de métiers sont envisageables, tant le secteur de l’industrie possède de facettes.

D’après lui, il est nécessaire de redonner le chemin et le goût de l’industrie aux jeunes.

Le mot de la fin est destiné aux étudiants. L’industrie est un domaine comprenant une multitude de métiers qui possède du sens et de l’avenir, bien loin de cette image dévalorisante et désuète. Il ne faut pas négliger ce savoir-faire ni ses propres capacités : « Tout est possible ».

L’interview en vidéo :